À la Une

Conférence « Innovations et ressources pédagogiques »

Salon de l'emploi dans l'éducation internationale

Les établissements d’enseignement français à l’étranger cultivent des valeurs d’excellence, de partage et de rayonnement. Ils permettent de suivre une scolarité de qualité à dimension internationale, portée par l’exigence de l’éducation à la française, ouverte sur le pays d’accueil et sur le monde.

Dans plus de 140 pays, ces établissements accueillent des élèves de toutes nationalités : Français expatriés ou installés sur place, binationaux, ressortissants des pays d’accueil et de pays étrangers tiers.

Ils font chacun à leur manière fructifier cette diversité culturelle par une pédagogie innovante et par un esprit d’ouverture, en mettant notamment l’accent sur le plurilinguisme.

Pour vous permettre de mieux les connaître, LDE a invité trois établissements à venir présenter aux enseignants visiteurs du Salon en ligne de l’Emploi dans l’Éducation Internationale leurs pratiques et leurs projets pédagogiques.

Le Lycée International Louis Massignon de Casablanca est le plus important établissement au sein du réseau de la Mission Laïque Française ;

Le Lycée Français de New York est l’un des établissements emblématiques du réseau de l’Agence de l’Enseignement Français à l’Étranger ;

Le Lycée Français de Caracas pour sa part, fait partie des établissements confrontés aux situations sociales et géopolitiques les plus complexes parmi les établissements français de l’étranger.

  • lycée francais de new york

Dans ces contextes très différents, ces trois établissements mènent tous une stratégie d’innovation pédagogique volontariste et innovante, portée par leurs équipes d’enseignants français et nationaux, qu’ils vous présenteront lors d’une web-conférence

Le vendredi 15 janvier 2020 à 17h (heure française)

Pierre-Alban Villeroy, Directeur Export chez LDE, accueillera les représentants de ces trois établissements, et vous permettra de leur adresser toutes vos questions lors d’un échange interactif d’une heure.

À la Une

Numérique : quelle place pour les écrans ?

 » Ce que nous faisons subir à nos enfants est inexcusable. Jamais sans doute, dans l’histoire de l’humanité, une telle expérience de décérébration n’avait été conduite à aussi grande échelle « , estime Michel Desmurget dans son essai La fabrique du crétin digital.

Doit-on se conformer à cette réflexion catastrophiste et bannir des salles de classe les écrans responsables de tant de maux ?

Nous sommes bien entendu plus mesurés, mais la question de la juste place de l’écran auprès de nos élèves et enfants mérite d’être posée.

L’écran n’est pas un médium obligatoire pour découvrir le numérique : certains ouvrages proposent de réelles activités autour du livre et du numérique, des jeux de plateau, des cahiers d’activités, permettent aux enfants de découvrir les algorithmes et la programmation sans qu’ils soient devant un écran.

Parmi les raisons invoquées pour s’en méfier (notamment par les parents d’élèves), les écrans sont très souvent perçus comme une distraction avilissante, et le temps qu’on leur alloue comme un excès contre lequel l’on devrait se prémunir à tout prix.

Anne Cordier, Maître de Conférence à l’Université de Rouen dit très justement qu’entrer dans le numérique par la mise en avant des dangers et risques qu’il comporte, est une erreur fondamentale. C’est nier le rapport premier que les enfants ont au numérique, la valeur et le plaisir subjectif qu’ils y trouvent. 

Nous devons simplement en prendre acte : les écrans sont désormais incontournables pour nos enfants et nos élèves.

L’inconnu que représente le changement de paradigme social et éducatif apporté par le numérique, inquiète une génération d’adultes confrontée aux “digital natives”. Pour reprendre les mots d’Antony Lake, ancien Directeur Général de l’UNICEF,

«La technologie numérique ainsi que les avantages et les désavantages qu’elle comporte sont une réalité irréversible de notre temps. Dans ce monde numérique, nous devons relever un double défi : minimiser d’une part les dangers pour les enfants et, d’autre part, maximiser le bénéfice pour chaque enfant. »

Les évolutions furent tellement rapides que la recherche scientifique n’a pas encore suffisamment de recul pour nous aider à comprendre véritablement l’impact des écrans sur le développement émotif, cognitif, socio-émotionnel, et physique des enfants. Nous ne pouvons donc que suivre quelques recommandations de bon sens. Toute activité soutenue et pratiquée de façon régulière développe des processus cognitifs différents, et les pratiques numériques n’y font pas exception.

Les contenus et les pratiques sur écran vont bien sûr influencer les enfants, et il faudra veiller à leur donner les directions les plus pertinentes possibles. Nous savons qu’un enfant confronté plus de sept heures par jour à un écran de manière passive peut connaître des troubles de l’attention et de la concentration. Nous savons également que la pratique des jeux vidéo d’action améliore l’acuité de concentration des enfants !

Qu’il s’agisse de se rassurer, ou simplement de guider l’enfant dans le monde complexe du digital, il est reconnu que l’enseignant et les parents doivent accompagner chaque enfant – comme dans la découverte du monde réel.

Il est recommandé de ne pas laisser seul le très jeune enfant (avant – 6 ans), et de créer des rituels grâce auxquels chaque enfant ou élève pourra développer un rapport à l’écran maîtrisé et compris.

Au risque d’apparaitre comme un truisme, tout est sans doute une question de mesure, et d’éducation ! L’écran n’est qu’une machine qui n’apporte ni bien ni mal :  à nous de le laisser à sa juste place pour permettre aux élèves de développer leur potentiel sans en devenir esclave.

Nous suivrons ainsi volontiers la conclusion de l’académie des Sciences dans son rapport déjà ancien :

« La croissance, de l’intelligence, de la sensibilité, des capacités de relation de chaque enfant est à la fois robuste et infiniment fragile. Livré seul aux écrans il dérivera dans la solitude tandis qu’accompagné il en fera des usages nouveaux que la génération de ses parents n’imagine pas. Prudence lucide et émerveillement attentif sont, en fin de compte, les meilleurs services que nous puissions rendre à cet enfant du siècle nouveau. »

Pour aller plus loin :

À la Une

1er salon en ligne de l’emploi dans l’éducation internationale

TZ CONSEIL et profsdumonde.fr vont organiser les 15 et 16 janvier 2021 son 1er salon en ligne de l’emploi d’enseignants dans l’éducation internationale.

Dans cette période particulière, il a semblé intéressant aux équipes TZ CONSEIL et profsdumonde.fr de proposer un nouveau concept simple, innovant et efficace pour aider d’une part les responsables dans leurs recrutements et d’autre part les candidats dans leurs recherches d’emploi.

Depuis leur pays d’implantation, les exposants pourront nouer pendant deux jours des contacts ciblés et conviviaux avec des candidats du monde entier. Les visiteurs quant à eux pourront depuis leur domicile se renseigner sur les offres et les conditions d’emploi dans leur domaine de compétence.

Un village des partenaires ainsi qu’un cycle de web-conférences thématiques compléteront ce dispositif novateur.

Faire avancer l’école, c’est aussi partager avec nos partenaires leurs problématiques et leurs enjeux ; c’est pourquoi nous avons décidé d’offrir à nos clients leur participation à ce Salon.

Il vous suffit de nous contacter pour que nous vous organisions cela.

Pour en savoir plus sur le Salon.

À la Une

Réseau AEFE : une opération de solidarité exceptionnelle

Dans la situation de crise sanitaire actuelle, nous avons été sollicités par l’AEFE pour contacter les éditeurs scolaires et numériques, afin de mettre en place une opération de solidarité exceptionnelle.

Vous l’avez peut-être déjà vu dans la lettre d’information de l’Agence, cette offre se décline au cas par cas, selon chaque éditeur, à destination des établissements du réseau AEFE, et de tous les établissements d’enseignement français à l’étranger :

–          Accès gratuit, sur une durée limitée, aux ressources pédagogiques numériques des éditeurs, partiellement ou totalement ;

–          Accès aux ressources numériques à des tarifs préférentiels (liés au nombre d’élèves, aux abonnements groupés par zone géographique) ;

–          Accès à des gratuités des ressources de nombre d’éditeurs pour les établissements les plus en difficulté.

Nous avons décliné toutes ces offres sur un document PopLab que vous trouverez ci-dessous :

En complément, et c’est sans doute le plus important, nous sommes à votre disposition pour vous accompagner dans la découverte de ces outils, et réfléchir avec vous à ceux qui seraient vraiment adaptés aux besoins de votre établissement et à son contexte.

Un atelier d’une demi-heure mené en visio-conférence avec vous me permettra de comprendre les enjeux qui se jouent dans votre établissement, d’y réfléchir avec les experts de notre équipe numérique, puis de vous faire part de nos conseils et préconisations.

Préparer, organiser et partager le savoir
Accéder au document PopLab

Nous sommes à votre disposition pour convenir d’un rendez-vous prochainement.

À la Une

Projet numérique : les bonnes questions à se poser

College students in training class with tabletCes dernières années, divers projets ou expérimentations numériques on vu le jour dans les établissements scolaires français, et ces nouveaux médias posent sans doute un certain nombre de questions pour votre établissement. Nous vous aidons à y voir plus clair…

I : Quels sont les avantages de l’usage du manuel numérique ?

  • Une exploration des documents plus variée. Les enseignants peuvent, par exemple, zoomer, annoter, surligner le texte ou rechercher des mots clés directement sur l’écran.
  • Des modes d’apprentissages nouveaux, notamment avec des supports interactifs, des possibilités de personnalisation voire de différenciation avec la version enrichie.
  • Une diffusion simple et pratique. Les enseignants peuvent, par exemple, partager leur manuel en quelques secondes directement sur un écran.
  • Un cartable allégé pour vos élèves – ce qui fait aussi plaisir à leurs parents…

II : Quelles sont les bases d’un déploiement progressif du manuel numérique ?

  • La première étape à suivre, pour votre établissement, est de désigner, sur la base du volontariat, un petit groupe d’enseignants motivés par le numérique. Ils testeront la version simple*1du manuel numérique en classe avec leurs élèves.
    *1 Version simple > la version simple correspond au format simplement numérisé du manuel papier.
  • Ensuite, si l’expérience est concluante, l’achat de la version enrichie*2deviendra un réel support de travail pour l’enseignant, et les élèves par la suite.
    *2 Version enrichie > la version enrichie se voit améliorée par des contenus multimédias (sons, vidéos, animations, contenu interactif …) permettant de capter plus facilement l’attention des élèves et de rendre le cours plus vivant.
  • Enfin, si le manuel numérique convainc un groupe significatif d’enseignants et d’élèves, vous pouvez vous poser la question d’une démarche plus globale autour de l’investissement dans des équipements numériques à destination des élèves, par exemple, des tablettes individuelles.

Bien évidemment, au préalable, votre établissement doit estimer l’utilité du passage au numérique, et prendre en compte plusieurs paramètres pour faire ses choix. Par exemple, la compatibilité du matériel, le coût du passage au numérique, les ressources internes, les offres des éditeurs, la qualité de la connexion Internet de l’établissement, si les supports sont à télécharger ou non. Les technologies utilisées pour les manuels numériques diffèrent d’un éditeur à l’autre ou d’une génération de manuels à l’autre. Certaines ne sont pas compatibles avec toutes les tablettes (ce n’est plus le cas de ressources pour les nouveaux programmes). L’équipement se fait donc presque sur mesure, afin de s’adapter à la situation de chaque établissement.

III : Comment combiner manuels papiers et numériques ?

Afin que l’usage du numérique soit un vrai plus pour les enseignants, davantage facteur de motivation que de stress, il est important de comprendre que ces nouveaux modes d’apprentissages nécessitent une nouvelle construction des séquences de cours.

Devant une animation par exemple, les élèves ont un niveau de concentration plus élevé que devant un tableau « noir », mais ils s’épuisent également plus vite, il faut donc alterner séquences numériques et séquences autres.
Des formations au numérique existent (le Ministère de l’Education Nationale a d’ailleurs annoncé un important budget pour cela) et chaque enseignant, même technophile, devrait y participer avant de se lancer.
Si de nombreux manuels et ressources numériques sont disponibles aujourd’hui, leur usage n’en est qu’à ses prémices.

IV : Quels sont les coûts associés à l’acquisition des manuels numériques ?

L’usage souvent gratuit de ressources numériques en ligne pourrait laisser croire que le manuel numérique est gratuit ou très peu coûteux. Il n’en n’est rien :

  • Les outils de lecture (tablettes, ordinateurs, …) sont un véritable investissement à prévoir.
  • La maintenance de ces outils engendre également des coûts (matériels de remplacement, installation, administration du parc informatique …).
  • Le coût de création des manuels numériques est bien plus élevé que les manuels papiers :
    > Une animation est plus chère qu’un dessin.
    > Les droits d’une vidéo sont plus élevés que ceux des photos et

> La création d’exercices interactifs nécessite l’emploi de développeurs.

  • L’économie réalisée sur l’impression papier et le transport des manuels représente moins de 20% alors que le coût additionnel de la conception numérique (cf ci-dessus) est bien supérieur.

Il existe évidemment des ressources gratuites, mais leur qualité est très variable et celles-ci ne couvrent pas toujours tous les besoins.

V : Où trouver des manuels numériques ?

Les manuels numériques sont distribués par les 3 principaux groupes d’éditeurs au travers de leur plateforme respective (CNS pour le groupe Editis et KNE pour le groupe Hachette, et EduLib pour les éditions Belin et Magnard),

Quelques libraires scolaires proposent aujourd’hui une seule plateforme pour tous les éditeurs, mais peu sont outillés pour travailler avec l’étranger. Nous avons été les premiers en 2013 à regrouper toutes les offres sur notre site (http://www.LDE.fr/)  et à accompagner les établissements scolaires dans leurs choix.

Il est évidemment toujours possible de consulter directement les plateformes des éditeurs, mais cela revient à multiplier le nombre d’interlocuteurs qui ne connaissent qu’une partie de vos besoins, sans permettre de réaliser aucune économie.

 

Bien choisir son matériel pour un projet numérique

Dès lors qu’un projet numérique vise à donner accès aux élèves à des ressources pédagogiques, il faut se poser la question des moyens d’y accéder, et donc du matériel à acquérir.

Pour permettre aux élèves d’accéder à leurs manuels et ressources simplement et à tout moment, qu’ils soient chez eux ou à l’école, la mobilité est devenue l’un des principaux critères, et le parc de postes informatiques fixes, souvent déjà déployés dans des salles de l’établissement, ne sont pas adaptés.

Comment faire son choix de matériels ? Et comment les financer ?

Encore récents dans le paysage, les Chromebook ne fonctionnent pas avec le système d’exploitation Android, mais avec un système qui leur est propre. Les applicatifs de lecture des éditeurs n’y ont pas été encore adaptés, ce qui interdira toute utilisation des manuels hors ligne, ce qui est généralement préconisé pour des usages classe.

Si vous souhaitez tout de même vous tourner vers ces outils, nous vous conseillons vivement les modèles les plus récents, compatibles à minima pour l’accès en ligne aux ressources et manuels.

Ordinateur ou tablette ?

Jusqu’il y a peu, les tablettes disponibles sur le marché, et relativement accessibles, disposaient de peu d’espace de stockage, moins d’autonomie, et étaient moins puissantes qu’un ordinateur portable. Il était aussi moins pratique d’accéder aux claviers et périphériques, si bien qu’il fût d’usage de considérer qu’à partir du lycée il devenait nécessaire d’équiper les élèves d’ordinateurs quand les collégiens pouvaient travailler sur tablette.

Les évolutions technologiques des matériels comme des ressources (qui pèsent de moins en moins lourd) remettent en cause ce choix par défaut. Aujourd’hui, aucun argument technique objectif ne permet de préférer un ordinateur portable à des tablettes, ni l’inverse : seuls compteront les usages envisagés.

Selon les retours d’expérience des Régions de France et de leurs lycées, l’usage des tablettes dans le cadre du numérique éducatif est davantage adapté à un usage récréatif (jeux éducatifs…). La taille de l’écran, le clavier intégré à l’écran (réduit encore la taille de l‘écran), l’aspect tactile, entre autres, ne sont adaptés à l’usage du numérique éducatif, en particulier de manuels numériques (écriture, capacité de stockage…).

Les récentes « tablettes-PC », ou « ordinateurs hybrides », cumulent eux les avantages ergonomiques de la tablette, et techniques d’un ordinateur : ils reprennent toutes les fonctionnalités des ordinateurs classiques avec un clavier amovible, un écran tactile et la finesse d’une tablette.

Attention, ces gammes se sont professionnalisées, avec le prix qui a très fortement augmenté (toujours bien au-delà de 1000 euros par machine sur le marché France).

Pour accéder efficacement à tous les outils et ressources existants, il est tout de même impératif de respecter une configuration minimale1. Le tableau ci-après reprend quelques recommandations simples en amont de tout choix de matériel et qui garantira l’utilisation optimale de la majorité des références numériques existantes.

 Tablette Apple (Ipad)Tablette sous AndroidOrdinateur Apple (Macbook)Ordinateur sous Windows
Version du système d’exploitationA partir d’IOS 14.0A partir d’Android 11.0A partir de MAC OS 10.15A partir de Windows 10
Mémoire vive (RAM)Minimum 2 GoMinimum 3 GoMinimum 8 GoMinimum 8 Go
Mémoire de stockageMinimum 64 GoMinimum 64 GoMinimum 250 GoMinimum 250 Go
Dimension d’écranMin. 10 poucesMin. 10 poucesMin 13 poucesMin 14 pouces

En plus de ces caractéristiques, l’autonomie est un élément majeur à prendre en compte selon les souhaits d’utilisation et les accès à des stations de charge dans votre établissement.

Ces recommandations s’appliquent pour les ressources et manuels parus à ce jour, et seront rendues obsolètes par les évolutions technologiques, mais ces configurations minimales à respecter seront cependant en adéquation avec ce qui se fait dans le marché actuel des équipements informatiques accessibles à tous. Un matériel à jour et relativement récent vous permettra d’accéder à ces ressources sans problèmes.

Quel modèle d’acquisition et de financement ?

Selon les marques et les technologies, les prix entre ordinateurs et tablettes peuvent varier du simple au quintuple.

On considère souvent que le coût des tablettes est moins élevé que celui d’ordinateurs, mais nous déconseillons fortement tous les outils d’entrée de gamme, peu durables : mieux vaut se doter de machines solides, un peu plus chères mais qui pourront accompagner un élève pendant plusieurs années de sa scolarité !

Deux modèles d’acquisition peuvent être envisagés :

Acquisition des matériels par les familles :

On parle en général de modèle BYOD, pour « Bring Your Own Device » .
Ce modèle permet à l’établissement de ne pas supporter directement le coût d’acquisition des matériels, et de laisser aux élèves une certaine liberté de choix :

  • L’établissement doit impérativement donner des conseils ou des consignes en matière de configuration minimale à respecter, de marques ou de système d’exploitation à éviter ou choisir. Dans ce cas, nous préconisons une communication la plus explicite possible envers les familles.
  • Des subventions peuvent être versées pour faciliter l’acquisition à certaines familles
  • Des « achats groupés » peuvent être organisés par les établissements ou associations afin que les familles puissent bénéficier de tarifs négociés. Cela palliera aux questions de configurations et réduira également le prix des matériels plus élevés en achat unitaire.

Dans ce modèle, la garantie est celle proposée par le vendeur de chaque tablette ou ordinateur. L’élève étant propriétaire du matériel, aucune intervention extérieure ne pourra avoir lieu. Au contraire toute intervention d’un personnel de l’établissement sur l’ordinateur peut même exposer l’établissement à des poursuites.

L’uniformisation des configurations et des usages sera plus difficile, du fait du matériel ou des élèves.

Acquisition du matériel par l’établissement :

L’établissement achète et gère dans ce cas une « flotte » (on parle aussi de parc) qu’il lui revient d’administrer, de mettre à jour, etc. 

L’achat d’un grand nombre d’ordinateurs ou de tablettes en une seule fois permet de réduire un peu les coûts d’acquisition, mais les économies d’échelles ne sont pas très importantes. Les chaînes de distribution laissent rarement aux revendeurs une marge de manœuvre importante pour baisser les prix.

On peut envisager deux options :

  • Prêt du matériel pour une année. Celui-ci reste la propriété de l’établissement en fin de cursus.
  • Location du matériel aux parents d’élèves avec acquisition (automatique ou optionnelle) en fin d’année.

L’homogénéité de ces matériels facilitera la mise en place ainsi que l’accès aux ressources, mais nécessitera d’avoir les capacités techniques de gérer la flotte – que ce soit avec l’équipe informatique de l’établissement ou par le recours à une entreprise de service informatique.

L’utilisation d’un MDM (Mobile Device Management) – comme par exemple le propose le français Idruid – facilitera dans ce cas grandement les déploiements et mises à jour.

Il est possible de mettre en place une garantie étendue à toute la flotte d‘un établissement, principalement lorsque les matériels sont achetés dans le pays de l’établissement.

Si l’internationalisation des garanties constructeurs ou revendeurs est toujours plus complexe et coûteuse à mettre en place, différents modèles existent et permettent de se prémunir contre les risques de défaut et de panne : il est essentiel de déterminer avec le revendeur celui qui vous conviendra.

Leasing

Pour préserver votre fonds de roulement et pouvoir anticiper vos dépenses, vous pouvez choisir une solution de financement en leasing pour votre matériel informatique.

  • Option 1 : Location du matériel par l’établissement pour les élèves. _
  • Option 2 : Location du matériel par les parents d’élèves auprès d’un fournisseur sélectionné par vos soins.

Le leasing permet de payer des mensualités moins importantes, et offre aussi l’occasion de changer régulièrement d’équipement. La garantie du constructeur court tout le long de la durée de location et le coût total du financement est déterminé à l’avance.

Vous avez ainsi l’avantage de bénéficier de matériel neuf et entretenu, uniformisé, et facile à changer.

Cependant le coût de revient est plus important que l’achat, et il faut prévoir un budget pour la location de l’intégralité du parc chaque année.

Quel que soit le modèle d’acquisition et le matériel choisi, ces achats représentent toujours des sommes très importantes qu’il est possible de lisser ou d’amortir sur plusieurs années.

Il existe des structures financières spécialisées dans la mise en place de plans de financement en France et partout dans le monde.

Chez LDE, nous savons accompagner l’ensemble de ces problématiques, et pouvons faciliter l’amortissement de ces investissements sur deux ou trois ans…

Il vous suffit de nous contacter pour étudier ensemble votre projet !


[1] Ces configurations minimales sont à respecter dans le cas d’une utilisation de ces références en téléchargement, l’accès uniquement en ligne ne nécessitera que des versions de navigateurs à jour.

Assistance et formation technique

La mise en place d’un projet numérique au sein de votre établissement est une transition conséquente qui oblige une réflexion préalable sur son déploiement et son usage quotidien. Un libraire numérique vous offre la possibilité d’un accompagnement global, de la réflexion initiale du projet jusqu’à son déploiement et à l’assistance pour la passation annuelle.

Dans le recours à une assistance, l’objectif doit plutôt être de former les équipes pédagogiques pour qu’elles soient rapidement à l’aise avec de nouveaux outils et puissent être autonomes au plus vite. Vos équipes doivent progressivement être en maitrise des outils fournis, sans se sentir dépendants de l’intervention du libraire pour chaque action qu’ils souhaitent entreprendre.

Le déploiement

Dans un premier temps, lorsque nous parlons de déploiement nous entendons toutes les opérations de la réception de vos licences numériques jusqu’à la remise clé en main des licences aux élèves.

Lorsque les licences sont réceptionnées par le libraire, leur mise à disposition est organisée pour affectation par la suite. Cette mise à disposition peut se faire par différents outils selon votre environnement de travail :

  • Via divers ENT (It’s Learning, Kosmos, Benelyu..)
  • Sur Pronote
  • Sur le GAR via la console d’affectation
  • Sur les « backoffice » des éditeurs,
  • Sur notre plateforme Cristal Web Numérique

A terme, il nous semble important de former votre équipe pour affecter les manuels à chaque rentrée scolaire. Cela peut bien entendu être un apprentissage progressif, accompagné par un libraire qui peut même prendre en charge la totalité des opérations au début.

Une fois les manuels affectés, plusieurs opérations restent nécessaires, en particulier l’installation des applicatifs de lecture des manuels éditeurs (Bibliomanuel, LibManuels, Educadhoc, et l’applicatif LeLivreScolaire.fr) et le téléchargement des manuels pour pouvoir les utiliser sans connexion internet. Ces opérations peuvent se faire de façon plus ou moins massive et automatisée : vous pouvez mobiliser une équipe nombreuse ou solliciter vos élèves pour qu’ils effectuent eux-mêmes (et à la maison) une partie des opérations. Mais dans les établissements les plus grands, nous préconisons fortement de vous doter d’outils qui rendront des opérations efficaces et moins fastidieuses :

  • Un MDM (mobile device management) pour pousser massivement des installations et mises à jour sur une flotte de tablettes ou ordinateurs
  • Un serveur de déploiement, qui vous permettrait de télécharger les contenus des manuels sur un réseau local plutôt que via le Web

L’assistance

  • L’assistance avant-vente

Les équipes enseignants ont toujours besoin d’être accompagnées lors de leurs commandes, que ce soit dans l’utilisation des plateformes, pour répondre à leurs questions liées aux modalités et conditions ou pour choisir les ressources (recherche de références, conseils …).

Des documents, tutoriels et communications visent à assurer cet accompagnement, et doivent être complétés chaque fois que c’est nécessaire par des contacts directs avec les experts numériques de votre libraire.

L’assistance peut s’organiser avec un système de tickets dès réception de demandes de ce type et quelle qu’en soit la provenance (courriel, téléphone…), permettant de les catégoriser de façon efficace.

  • L’assistance après-vente

Si une petite partie peut concerner les problèmes de traitement de commande et de nombre de licences livrées, l’assistance est essentiellement technique et vise à répondre aux questions et difficultés de déploiement ou d’accès aux ressources commandées.

Le rôle de support technique est essentiel au bénéfice des utilisateurs pour leur assurer la meilleure expérience possible : chaque difficulté technique est un frein de plus à l’adoption d’outils numérique, il est donc nécessaire de les gommer une à une !

  1. La hotline

L’assistance est généralement menée par des plateformes de ticketing. Ces plateformes permettent de réceptionner et de rassembler toute demande d’assistance pour une meilleure efficacité.

Inspirée de la méthode ITIL, voici les grandes lignes du fonctionnement d’une hotline efficace :

  • Un ticket ne contient qu’un seul problème ou demande
  • Tout technicien peut s’auto-assigner un ticket

Le libraire numérique est le dernier maillon longue chaîne de prestataires, cette position l’oblige vis-à-vis de votre établissement : c’est à lui que revient de résoudre les difficultés techniques, même s’il n’en porte pas la responsabilité. Dans cet esprit, les tickets ne peuvent être clos que pour les raisons suivantes

  • L’utilisateur (enseignant, responsable numérique, …) confirme la résolution du problème
  • Le libraire n’a pas de réponse à ses questions, même après plusieurs rappels auprès du demandeur.
  • Il y a des problèmes relationnels (désaccords ou attitudes inappropriées de l’un des interlocuteurs).

Ces plateformes d’assistance doivent bien entendu bénéficier d’une permanence assurée tout au long de l’année, comme durant les congés scolaires.

Ces principes sont bien entendu ceux que nous appliquons chez LDE depuis des années, et dont nous améliorons l’efficacité d’année en année. Distributeurs de manuels numériques depuis 2013, nous avons accompagnés plus de mille lycées dans leurs déploiements numériques au cours des deux dernières années, en recherchant toujours l’amélioration continue de nos services.

Nous serons bien entendu ravis de les mettre à votre disposition, ou simplement de répondre à toutes vos questions concernant vos besoins en matière d’assistance et d’accompagnement technique au déploiement. Pour cela, il vous suffit de nous contacter !

Processus de commande et de déploiement

Le libraire scolaire doit jouer un rôle d’interface unique entre tous les éditeurs et votre établissement : depuis les recherches des ressources adaptées jusqu’au déploiement, c’est un interlocuteur unique, accessible 24h sur 24 sur le Web, qui fait le lien auprès de toutes les maisons d’édition pour vous donner accès aux meilleures ressources pédagogiques françaises.

  • Un catalogue unique regroupe de façon exhaustive, les manuels numériques des éditeurs français et facilite les recherches bibliographiques.
  • Toutes les commandes sont centralisées, en concertation avec les plates-formes des éditeurs.
  • Divers services peuvent faciliter l’affectation, et le téléchargement des ressources
  • Même à distance, toute l’année, son assistance doit résoudre avec vous toutes les questions liées à l’installation et à l’utilisation de ces outils.

Processus de commande sur le site LDE

Plus le catalogue de votre libraire est riche, mieux cela vaudra pour l’exercice de la liberté pédagogique : nous vous conseillons de permettre à tous les enseignants de naviguer sur ce catalogue, pour effectuer directement leurs sélections pour la rentrée. Cela permet à chaque utilisateur de choisir exactement les ressources dont il a besoin, sans erreur possible, et sans multiplier les échanges sur les différents questionnements que ne manquent pas d’amener les étapes du choix.

Un processus de commande en ligne, pensé pour une navigation claire et intuitive peut se décliner en quelques étapes :

  1. Recherches (par mot-clé, par niveau, par discipline…)
  1. Sélection de la ressource souhaitée
  1. Récapitulatif d’une sélection
  1. Transformation de la sélection en devis, pour « passer la main » à des collègues des équipes administratives ou de direction
  1. Validation des commandes par les personnes autorisées

Après enregistrement des commandes

Suite à la validation des devis, des commandes seront transmises aux plateformes des éditeurs – ces transmissions de commandes peuvent demander de quelques heures à quelques jours, selon les libraires.

Les éditeurs généreront alors les livraisons de vos licences sous la forme d’abonnements crédités sur leurs plateformes, et que vous devrez ensuite affecter, selon votre environnement (GAR, ENT, Pronote, backoffice des éditeurs ou plateforme dédiée comme Cristal Web Numérique)

Les élèves et enseignants pourront bénéficier de ces licences tout au long de l’année scolaire.

  • Si vous avez choisi des licences annuelles, vos enseignants pourront renouveler ou modifier leurs choix à la fin de chaque année scolaire,
  • Si vous avez choisi des licences pluriannuelles, vous pourrez économiser environ 25% du prix d’acquisition, au détriment de cette liberté de choix annuel.

En 2021, le processus de commande numérique proposé par LDE fait peau neuve, pour permettre à tous les acteurs engagés (enseignants, référents numériques, équipes de direction, …) de bénéficier d’outils simples, ergonomiques, et intuitifs.

Nous serons ravis de vous le présenter, et d’étudier avec vous les modalités de commande adaptées à vos habitudes, lors d’un échange téléphonique ou en visio : il vous suffit de nous demander un rendez-vous !


Gestion et animation de projet numérique

Libraire scolaire et partenaire des établissements français de l’étranger, nous vous offrons la possibilité d’avoir un interlocuteur unique et qualifié pour déployer des projets numériques au sein des établissements scolaires.

Ces projets constituent des transitions majeures pour le fonctionnement pédagogique et nécessitent certaines précautions que nous souhaitons vous partager.

L’équipe de direction de l’établissement doit se placer comme moteur principal du projet : elle doit pouvoir impulser enthousiasme et dynamique autour du projet, et s’appuyer sur toutes les bonnes volontés pour fédérer la communauté éducative. Un comité de pilotage comprenant direction, enseignants et parents d’élèves pouvant y accorder du temps est souvent un facteur clé de succès.

MOBILISER LES ENSEIGNANTS

Les projets numériques ne peuvent se limiter à une initiative personnelle.

Que ce soit pour l’équipe pédagogique, les élèves ou encore les parents, de nombreux changements découlent de cette nouvelle organisation. Pour que cette nouvelle méthode soit une réussite, toute la communauté doit être convaincue et motivée par ce projet.

Ce sont d’ailleurs ces réticences que nous a partagé Jean-Marc Aubry, proviseur du lycée français de Caracas : « passer du papier au numérique ce n’est pas simple, les enseignant de lettres par exemple voyaient l’arrivée de la tablette comme quelque chose qui allait les détourner du livre […], il a fallu discuter, trouver des compromis […] » (Salon TZ / 18 :20)

Notre article sur la liberté pédagogique peut vous donner quelques idées pour mobiliser vos équipes.

EMBARQUER LES FAMILLES

Il est également nécessaire d’identifier les attentes des parents et élèves, et même de susciter leur enthousiasme. Pourquoi sont-ils intéressés par ce projet et qu’en attendent-ils ? Ces éléments sont primordiaux pour comprendre les enjeux de ce projet et le résultat attendu. Le numérique a pour objectif d’être un outil au service des enjeux pédagogiques qui doivent d’être évalués et partagés par toute la communauté éducative.

A ce sujet, Christophe Benmimoune, proviseur-adjoint du lycée Massignon de Casablanca, nous expliquait : « On s’est demandé […] comment faire collaborer les élèves le plus possible entre eux ? […] et comment individualiser les parcours ? Et la réponse technique apportée à ces deux exigences pédagogiques cela a été l’introduction du numérique » (Salon TZ /27:50)

Libraire scolaire, nous tenons à développer une véritable relation de partenariat avec les établissements, qui diffère de la relation fournisseur-client traditionnelle. Cet aspect de notre métier est d’autant plus accentué lors de projets numériques et nous permet d’offrir des services uniques, déployés à la carte pour chacun

Comme nous le disait Jean-Marc Aubry : « Nous avons pu développer complètement le projet avec LDE, tout d’abord sur le produit (matériel informatique) […], sur la préparation du matériel […], sur la partie formation technique […] et ensuite sur la formation pédagogique de tous les utilisateurs, qu’ils soient professeurs ou élèves » (Salon TZ / 19:00)

Nos expériences de projets menés avec différents établissements nous apportent une expertise en la matière. Nous pouvons ainsi proposer un accompagnement adapté et personnalisé pour vous permettre d’entrer dans l’ère de l’enseignement numérique de façon sereine.

Pour finir nous citerons à nouveau M. Benmimoune qui nous exprimait le bilan du projet numérique de lycée Massignon : « On avait beaucoup de polémiques quand on a lancé le projet numérique avant le confinement, maintenant ce n’est plus un sujet, tous les parents sont ravis, tous les élèves sont ravis, tout le monde est content […] ! »  (Salon TZ /34:50)

Nous serions ravis de vous aider à mobiliser votre communauté éducative autour de vos projets numérique : vous pouvez nous solliciter sur ces sujets en remplissant le formulaire ci-dessous :

Liberté pédagogique : quels choix pour le numérique ?

Lorsque nous évoquons le numérique dans le cadre pédagogique, il est indéniablement question de choix. Orientés et motivés par des objectifs pédagogiques, il existe aujourd’hui plusieurs freins au libre choix de leurs outils et ressources par les enseignants.

Tout d’abord, nombre d’enseignants n’ont pas les connaissances ou l’accès à une information suffisante pour avoir envie d’utiliser le numérique dans leur pratique pédagogique. En premier lieu, il faut garder en tête que les formations ne sont jamais trop nombreuses en la matière : sur site et à distance, sans parti pris, pour présenter aux enseignants les mises en œuvre possibles du numérique dans leur pédagogie, …

Les enseignants doivent avoir accès aux informations des éditeurs, de manière directe ou par l’intermédiaire de libraires scolaires numériques capables de recenser l’offre pour chaque discipline, celle des éditeurs les plus connus comme des plus petites start-up.

Nous identifions 3 grands thèmes de formation qui, selon nous, doivent être suivis, dans cet ordre :

L’acculturation au numérique

Comme indiqué plus haut et avant toute chose, les enseignants doivent sortir de leurs a priori sur le numérique éducatif.

Il convient de leur expliquer et de leur montrer par des exemples et démonstrations :

  • Ce que le numérique peut leur apporter à eux et à leurs élèves ;
  • Quels sont ses atouts ;
  • Quels sont ses inconvénients et ses limites ;
  • En quoi il peut leur ouvrir des possibilités jusque-là irréalisables.

Les méthodes pédagogiques liées à l’utilisation du numérique

Le numérique n’est pas simplement une manière différente de faire la même chose qu’avant.

Utiliser le numérique change, parfois de manière importante :

  • La relation enseignant – élève (et parents – écosystème de l’élève) ;
  • La préparation des cours ;
  • L’organisation des cours, dans leurs formes et leurs séquences ;
  • Les possibilités de personnalisation ou d’utilisation de pédagogies innovantes.

L’utilisation d’un écran ou d’un tableau blanc interactif, par exemple, permet d’obtenir une concentration plus intense des élèves. Le revers de la médaille est que cette concentration peut durer moins longtemps. L’enchainement des activités lors d’une séance avec ces outils se construit donc différemment d’un cours « classique » au risque de dégrader les conditions du déroulement du cours. Ne pas former les enseignants à ce changement de préparation, cela implique de prendre le risque de les dégouter du numérique voire de faire échouer leurs élèves.

Un autre exemple est celui de la classe inversée. Le numérique n’est pas indispensable à la mise en œuvre de cette méthode pédagogique innovante, mais la facilite grandement. Sans être « magique », cette méthode peut changer radicalement l’exercice quotidien du métier des enseignants et la relation qu’ils ont avec leurs élèves. Une présentation de cette méthode nous semble utile comme exemple de l’intérêt du numérique.

L’utilisation des outils et ressources

Ce thème cannibalise trop souvent, à notre sens, les efforts de formation tant des enseignants que des formateurs. Il est évidemment très utile, mais ne saurait remplacer, ni ne venir avant les 2 précédents, au risque de « lâcher les enseignants dans le grand bain avant qu’ils ne sachent nager ».

Par ailleurs, les opportunités de formations sont très souvent insuffisantes et il n’y a à ce jour, pas encore suffisamment d’utilisateurs expérimentés pour couvrir les immenses besoins de formation.

Le rôle des éditeurs et libraires scolaires dépasse donc le cadre traditionnel car ils connaissent parfaitement les outils et ressources en question et pourraient assurer ces formations. Ils le font parfois, ils pourraient le faire de manière bien plus large, notamment en formation à distance.

LDE peut donc devenir un acteur de votre transition numérique et des choix qu’elle implique, dès les prémices du projet. Expert dans le numérique éducatif, nous pouvons vous accompagner dans l’information, pour la formation de vos équipes pédagogiques, pour vous mettre en relation avec des éditeurs, …

A ce titre, nous organisons régulièrement des webinaires de formations sur des sujet divers autour du numérique tels que : l’utilisation et gestion des ressources ou d’outils numériques, disciplinaire ou génériques, la gestion de projet numérique, etc.

Nous pouvons concevoir des interventions sur mesure, qui répondent vraiment aux problématiques de votre équipe pédagogique et de votre projet.

Le prix Macondo : comment transmettre le plaisir de la lecture ?

Au cours des 7 mois de confinement de l’année 2020, est né un projet qui a tout particulièrement suscité notre intérêt : la création d’un prix littéraire par six établissements français d’Amérique du sud (Lycée Molière de Rio, Lycée Pasteur de Sao Paulo, Lycée Antoine de Saint-Exupéry de Santiago, Lycée Jules-Supervielle de Montevideo, Lycée Alcide-d ’Orbigny de La Paz & Lycée Jean Mermoz de Buenos Aires).

Ces établissements souhaitaient projeter leurs élèves de seconde et première à leur retour à l’école vers la lecture plaisir et aussi renouer avec la langue française. De cette idée est née le prix Macondo, le Prix littéraire des Lycées Français d’Amérique du Sud. Ce prix se déroule de mars à juin et concerne 300 élèves.

Contrairement au village imaginaire de Macondo, ce prix est devenu une réalité qui a enthousiasmé les élèves de ces lycées français. Les modalités diffèrent en fonction des établissements, inclus dans le programme par les enseignants de français ou basé sur le volontariat des lecteurs accompagnés par les professeurs-documentalistes. Les initiateurs de ce projet dans chaque établissement ont ensemble sélectionné 4 ouvrages parus durant la rentrée littéraire 2020 :

  • Hervé Le Tellier : L’anomalie (Gallimard)
  • Mireille Gagné : Le lièvre d’Amérique (La Peuplade)
  • Fatima Daas : La petite dernière (Noir sur Blanc)
  • Marc Alexandre Oho Bambe : Les lumières d’Oujda (Calmann Levy)

Le choix de ces livres avait été mené bien avant l’attribution des prix en France, et les professeurs-documentalistes ont été ravis que deux d’entre eux aient été primés par la suite par les prix littéraires Goncourt et Inrockuptibles !

Les élèves ont tout de suite été réceptifs à cette idée et ont été incités à exprimer leur intérêt pour la lecture sous de nouvelles formes. Ils pourront donner libre cours à leur imagination avec des bandes dessinées, des récits stories faisant référence à l’un des ouvrages, mais également en partageant du contenu sur le compte Instagram (@prixmacondo).

Au sujet d’Instagram, nous apprécions la réflexion qui a été menée pour communiquer autour de ce prix. En plus d’affichage classique et de communication interne dans l’établissement, on retrouve du contenu sur les réseaux sociaux qui a inévitablement plus d’effet sur les jeunes et y rencontre un public réceptif.

De plus, au-delà d’un exercice de lecture, il a vocation à faire rencontrer les auteurs en visio-conférence fin juin, à l’issue de la lecture des 4 livres et avant de procéder au vote pour connaitre le lauréat. Un deuxième volet consistera à faire rencontrer les éditeurs pour faire découvrir les métiers du livre aux élèves. Auteurs et éditeurs ont immédiatement été ravis à l’idée d’échanger avec de jeunes lecteurs. Une occasion de partager un moment autour du monde du livre, comprendre son fonctionnement et pourquoi pas susciter de nouvelles vocations auprès des acteurs de demain ?

Digit’OWL

Digit’OWL a pour objectif de transmettre aux plus jeunes les bases nécessaires pour leurs futures expériences numériques. Que ce soit à travers des ateliers ou leurs ressources pédagogiques, l’activité introduit le numérique dès 4 ans et sans écran.

De la grande section au collège, différentes ressources sont mises à disposition sur le site https://digitowl.school/.

Pour les plus jeunes, des cahiers d’activités permettent de découvrir les algorithmes et la programmation mais aussi de créer un moment d’échange autour d’activités sans écran qui n’auront aucune difficulté à les motiver.

En classe ou à la maison, Digit’OWL est donc le moyen idéal pour amener les enfants à comprendre le monde numérique qui les attend. La possibilité de les familiariser avec l’informatique et son fonctionnement sans utiliser d’écran, permet une entrée progressive dans ce monde afin de mieux le comprendre et l’appréhender.

Digit’OWL permet à tout âge de créer sans effort un moment de partage enrichissant autour du thème du numérique pour préparer les enfants au monde qui les attend !

Jeux : introduction au monde du numérique chez les enfants

Le numérique peut prendre place dans des jeux physiques de façon ludique et remplacer l’attirance hypnotique de l’écran. Les jeux sont probablement le meilleur moyen d’attirer l’attention des enfants, apprendre tout en jouant est donc le meilleur compromis. Cela permet également de partager un moment autour de cet apprentissage, que ce soit en jouant à plusieurs ou en partageant ses créations avec ses parents. Différents jeux de société ou de manipulation autour du monde numérique existent et font l’unanimité auprès des enfants.

Voici quelques exemples de ces jeux présents dans notre catalogue :

« Le Labyrinthe de la souris programmable » (K661712)

Pensé pour les enfants à partir de 5 ans, Le Labyrinthe de la souris programmable est un jeu d’apprentissage des bases du codage qui saura les intéresser.

Dans ce jeu, les enfants disposent d’une souris à programmer et de cartes représentant des flèches.  Les enfants prévoient avec les cartes les mouvements nécessaires pour amener la souris jusqu’au fromage et appuient ensuite sur les flèches de la souris pour enregistrer le chemin qu’ils ont imaginé.

L’enfant suit ensuite la souris qui avance selon le chemin défini, et peut modifier son chemin si elle n’est pas arrivée à destination, etc…

Cette activité en deux temps permet aux enfants de réfléchir et d’identifier d’eux-mêmes les erreurs. Ils exercent donc leur logique et comprennent la base du codage en s’amusant.

Les possibilités sont grandes et laissent place à la créativité des enfants. Ils peuvent y jouer à plusieurs en créant à tour de rôle un labyrinthe à résoudre à partir des murs fournis ou d’autres objets.

« Apprends et joue avec le codage – Mission Terre » (9788830301016)

Avec le jeu Mission Terre, les enfants dès 6 ans sont plongés dans le monde de la science et de la technologie à travers un livre et un jeu interactif.

Au fur et à mesure de l’avancement du jeu, ils vont devoir faire tout leur possible pour sauver la planète des dangers environnementaux.

Mais ce n’est pas tout, pour mener à bien leur mission, les enfants vont devoir apprendre et utiliser les concepts de programmation qu’ils découvriront au fur et à mesure.

Pas à pas, ils exercent leur logique et leur réflexion tout en sauvant la planète. Un exercice ludique pour les petits héros aux grands pouvoirs.

« Code Masters »

Pour les enfants dès 8 ans, Code Master leur ouvre les portes de la programmation de façon amusante. 

Le but du jeu est ici d’aider l’avatar à récupérer des cristaux et parvenir à l’amener au portail magique. Au fur et à mesure des niveaux, l’enfant devra utiliser les principes de codage pour avancer.

Chaque niveau possède un chemin différent à trouver pour pouvoir avancer vers la suite, avec une seule combinaison possible.

Code Master pousse les enfants à exercer leur logique pour pouvoir évoluer dans l’univers exotique du jeu. Ils se familiarisent avec les algorithmes de programmation pour ensuite les mettre en pratique avec aisance.

Une véritable aventure autour du monde numérique pour les enfants !

Livres : introduction au monde du numérique chez les enfants

De nombreux ouvrages pour enfants peuvent servir d’introduction au monde du numérique et leur permettre d’en apprendre les bases de façon plus détaillée. Les ouvrages sur le sujet ne se limitent pas à un simple récit mais font participer l’enfant à des activités liées au numérique. L’implication des enfants est donc immédiate, leur apprentissage n’en étant que plus agréable et efficace.

Voici quelques exemples d’ouvrages disponibles dans notre catalogue et qui traitent du thème du numérique :

« Hello Ruby » aux éditions Glénat Jeunesse (9782344016930)

Destinée aux enfants de 4 à 8 ans, cette histoire pleine de surprises introduit de façon ludique et légère les concepts de programmation.

L’histoire nous conte les aventures d’une petite fille nommée Ruby, qui au fil de son périple fait découvrir le monde de la programmation aux enfants.

La cible étant le jeune public, ce livre n’a pas pour objectif d’apprendre la programmation mais d’introduire un raisonnement informatique.

Des activités sont proposées après chaque chapitre pour mettre en pratique les éléments présentés et les assimiler de façon ludique.

Les enfants pourront se familiariser avec ce monde et se sentir à l’aise avec les thèmes informatiques plus complexes qu’ils étudieront par la suite.

« J’explore le monde numérique » aux éditions Eyrolles (9782212678154)

Ce livre propose aux enfants de 8 à 12 ans d’apprendre ce qu’est le numérique et surtout de comprendre son fonctionnement.

La plupart des enfants sont aujourd’hui exposés assez tôt au monde numérique et en ont une connaissance trop superficielle.

En classe ou à la maison, on découvre la programmation, l’intelligence artificielle ou encore la robotique, et tout cela sans écran !

Ces sujets généralement réservés aux plus grands attirent la curiosité des plus jeunes à travers des jeux, des activités manuelles, des défis, etc. Ils développent donc leur logique tout en apprenant sur le monde complexe du numérique.

Un premier pas dans le monde numérique qui permet de transmettre des bases et des principes primordiaux pour le monde numérique futur.

« A l’aventure avec Arduino » aux éditions Eyrolles (9782212143140)

Pour les enfants de 10 ans et plus, cet ouvrage introduit les circuits électroniques et leur fonctionnement en mettant en avant la pratique.

Tout au long du livre, on découvre le potentiel de l’électronique, son fonctionnement et ses différentes utilisations.

Plus que découvrir, on crée à partir du microcontrôleur Arduino et de composants simples des systèmes tels qu’un mini-coffre-fort à combinaison ou encore un labyrinthe à billes.

Destinés aux plus grands, ce livre leur apporte une mise en pratique de leurs connaissances au travers de réalisations manuelles qui sollicitent logique et créativité.

De nombreuses ressources additionnelles sont également présentes en ligne pour faciliter la compréhension et la réalisation des montages.

En plus :